La photo du mois – janvier 2009

19 février 2009 at 20:00
Share Post

Le Musée des sciences de Valencia, en Espagne, arrête dorsale du complexe architectural contemporain de la Cité des arts et des sciences.  A la place, il y a 50 ans, coulait un fleuve! Rien que ça…

Arcade science (Cité des sciences Valencia) #4

16 novembre 2008: (Arcade science #4) Musée des sciences Prince Philippe. Vue sous les arcades flottantes du jardin botanique (Umbracle) – Cité des arts et des sciences de Valencia (1), Espagne.

Avec ses alcôves guerre-des-étoiles-esques baignées par un soleil d’automne généreux, ce bâtiment à l’architecture radicale en squelette de dinosaure, flottant dans l’eau turquoise d’un bassin posé dans l’ancien lit du fleuve Turia (2), est un enchantement pour les amateurs de paysages urbains.

L’ensemble architectural de ce site contemporain dessiné par Santiago Calatrava et Félix Candela, inauguré en 1998, en plein centre ville de Valence, vaut d’ailleurs le détour, avec son planétarium en forme d’œil (l’Hémisphèric) ou encore l’auditorium (Palais des arts Reine Sofia).

Revêtu de son casque de soldat de l’empire vadorien, cette construction en forme de « bateau », dédiée aux arts et à la musique, est l’œuvre de l’architecte valencien José María García Paredes. Le Palais des arts appareille vers le « jardines del Turia » (2), cap à l’ouest (moussaillon!).

Et je ne ferai qu’évoquer l’Oceanogràfic en forme de nénuphar, l’aquarium le plus grand d’Europe paraît-il (42 millions de litres d’eau). Je n’ai pas vérifié cette info, trop humide… Pas bon pour mes sinus!

L’Ágora, une place couverte de métal de 80m de haut, dernier élément de ce complexe culturel et architectural, est actuellement en construction, comme on peut s’en apercevoir facilement avant d’atterrir à Valence.

Voir toutes les autres photos de la Cité des arts et des sciences, ainsi que d’autres photos d’urbanisme « à la mode » de Valencia


(1) « Ciutat de les Arts i les Ciències » en valencien, « Ciudad de las Artes y las Ciencias » en castillan.

(2) Les jardins du Turia ont été imaginés par l’architecte catalan Ricardo Bofill et réalisés à partir des années 1980, sur quelques 120 hectares à l’embouchure de l’ancien lit asséché du fleuve, en plein centre-ville de Valence. Ce parc linéaire a été défini comme « une composition utilisant le pouvoir symbolique de certains rythmes et la référence du jardin arabe ». Et c’est bien d’une histoire de rythme, ou plutôt de débit, qu’il est né! Car le cours du Turia (« El Rio ») a été dévié dans les années 1960, afin d’éviter un scénario catastrophe similaire à la « Gran riada de Valencia » (1957), une crue monstrueuse qui a inondé une grande partie de Valence, et causé la mort de 80 personnes. Son lit artificiel s’écoule de nouveau dans la Méditerranée, au sud de la ville.

Share Post